BYD Dolphin
La BYD Dolphin démarre à 28 990 euros TTC. (© Morgan Mathurin)

Avec sa bouille arrondie, la BYD Dolphin inspire immédiatement la sympathie. Dotée d’une silhouette à mi-chemin entre la berline et le SUV, ses 4,29 m de long la classent dans la catégorie de sa compatriote MG4, mais également de la Volkswagen ID.3 et de la Renault Mégane E-Tech. Pour notre voiture d’essai, en version Confort 204 ch, le tarif s’affiche à 33 990 euros TTC hors bonus, soit 8 000 à 9 000 euros de moins que ses concurrentes européennes. Et ce n’est pas pour autant que l’équipement est mis en défaut. Ainsi, conduite semi-autonome, caméra à 360 °, radars parking et sièges électriques en cuir végan font partie de la dotation de série.

La BYD Dolphin arbore une silhouette à mi-chemin entre la berline et le SUV. (© Morgan Mathurin)

Sans oublier le grand écran pivotant qui permet au choix d’afficher en mode portrait ou en mode paysage la partie GPS très intuitive. L’interface assez réactive permet de commander toutes les fonctions essentielles de cette BYD Dolphin. Mais on regrette que la partie climatisation ne soit pas réglable depuis une commande dédiée, hors écran. La planche de bord est quant à elle bien agencée. Le mobilier, parfois ferme, est correctement assemblé et, pour la vie à bord, c’est le confort. Avec, à l’avant, des sièges enveloppants et, à l’arrière, un bel espace et un plancher plat. En revanche, le coffre, annoncé à 345 l, n’est pas facile d’accès. Il se compose d’un double fond avec un seuil assez haut.

À l’intérieur, la BYD Dolphin ne lésine pas sur les équipements, avec notamment un écran pivotant. (© Morgan Mathurin)

À 427 km, autonomie rassurante pour la BYD Dolphin

Avec une batterie de 60,4 kWh, la BYD Dolphin dispose d’une autonomie électrique combinée WLTP de 427 km. La puissance de charge est de 11 kW en AC triphasé. La compacte assure également des performances élevées en matière de recharge, avec un chargeur en DC de 88 kW. Cette Dolphin dispose aussi du système VtoL qui sert à charger des appareils externes. Quant à sa consommation, au cours de notre test nous avons noté 15,4 kWh/100 km.

Côté comportement routier, on retrouve dans la Dolphin la suspension chaloupée déjà vue à bord de son grand frère Atto3, et on constate que BYD continue à équiper ses voitures de pneumatiques chinois Linglong qui dégradent la tenue de route… Heureusement, grâce à une direction légère, la Dolphin se montre reposante en ville, hormis ce désagréable avertisseur pour piétons qui s’active sans relâche en dessous de 30 km/h. Des défauts de jeunesse que BYD pourra aisément corriger dans les versions futures.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Christophe Dameron pour Floauto.com