Il n’est pas toujours nécessaire de choisir ses pneus en fonction de sa motorisation. C’est du moins l’opinion d’Aline Lojié, directrice marketing VL d’Euromaster. « Il existe des compromis pour les véhicules thermiques, hybrides et électriques », affirme-t-elle. Il faut cependant que ce compromis corresponde au cahier des charges attendu, sinon, c’est l’usure prématurée. Mais de tels compromis peuvent avoir aussi des avantages pratiques pour les flottes. Et les manufacturiers l’entendent bien ainsi : parallèlement à la fabrication de pneus destinés uniquement aux modèles électriques, ils développent parfois des gammes capables de convenir…

Il n’est pas toujours nécessaire de choisir ses pneus en fonction de sa motorisation. C’est du moins l’opinion d’Aline Lojié, directrice marketing VL d’Euromaster. « Il existe des compromis pour les véhicules thermiques, hybrides et électriques », affirme-t-elle. Il faut cependant que ce compromis corresponde au cahier des charges attendu, sinon, c’est l’usure prématurée. Mais de tels compromis peuvent avoir aussi des avantages pratiques pour les flottes. Et les manufacturiers l’entendent bien ainsi : parallèlement à la fabrication de pneus destinés uniquement aux modèles électriques, ils développent parfois des gammes capables de convenir à différentes motorisations.

C’est le cas de Michelin avec son E-Primacy, et de Continental avec son EContact. Ces pneus se doivent de combiner une meilleure résistance au roulement et d’être plus silencieux. Car avec un véhicule électrique plus silencieux qu’un véhicule thermique, on n’entend plus que le pneu s’il fait du bruit.

Des pneus adaptés aux véhicules électriques

Les manufacturiers ont bien entendu aussi conçu des pneus uniquement destinés aux véhicules à motorisation électrique, avec comme objectif un taux d’émission de CO2 le plus bas possible. Mais derrière cette exigence d’ordre environnemental, connexe à l’image que les voitures électriques doivent porter, il y a toutes les contraintes imposées par ces véhicules aux pneus, et notamment une usure prématurée du fait de leur freinage plus fort et de leur poids plus élevé que ceux des voitures thermiques. Ces pneus doivent donc se montrer particulièrement résistants, tout en étant confortables pour la conduite.

Autant d’enjeux technologiques auxquels se sont attaqués les manufacturiers qui, assure Aline Lojié pour Euromaster, « travaillent main dans la main avec les constructeurs pour les pneus en première monte. » Euromaster se pose d’ailleurs en conseil sur ce qu’il faut recommander et l’usage qui peut être fait de ces différents types de pneus.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Hakim Remili pour Floauto.com