Concept-car H1st vision

Deux ans après sa création, l’écosystème d’open innovation Software République a présenté en première mondiale, au salon Viva Technology 2023, son concept-car « H1st vision » pour Human First vision. Dévoilé à la presse le mardi 6 juin 2023, Flottes Automobiles l’a testé pour vous !

Sachez que ce H1st vision embarque une vingtaine d’innovations opérationnelles élaborées par les entreprises de la Software République (Atos, Dassault Systèmes, Orange, Renault Group, STMicroelectronics, Thales). Avec le concept-car H1st vision, la Software République envisage de lancer dix nouvelles offres de services et produits sur une cinquantaine de territoires d’ici 2025.

« Plus de 100 personnes ont travaillé sur le projet de concept-car en un temps record de six mois, contre une dizaine en général », a ainsi affirmé Pierre Bruno, directeur du projet H1st Vision.

Une voiture qui reconnaît conducteur et passagers…

Le concept-car H1st vision se déverrouille sans clef, carte ou smartphone via la technologie biométrique de reconnaissance à distance. Comment ? D’abord, nous avons renseigné (avec d’autres journalistes) sur une tablette notre identité et notre taille, et pris une photo de notre visage avant d’enregistrer notre démarche. Ces informations sont chiffrées et stockées dans le « Digital ID Wallet », un portefeuille virtuel sécurisé intégré au véhicule.

Puis, nous nous sommes approchés du concept-car H1st vision. L’avatar de la Software République est apparu sur la vitre arrière grâce à un projecteur intégré dans l’appuie-tête avant. Il m’a salué par mon prénom avant de m’inviter à monter à bord. Identifiée comme conductrice, la voiture a reconnu ma démarche et j’ai donné mon accord pour ouvrir les portes par une simple réponse : « Oui ».

« Chaque personne (conducteur ou passager) enregistrée est reconnue grâce à deux technologies d’authentification. La reconnaissance posturale jusqu’à 6 m de distance à l’aide de caméras situées sur chaque rétroviseur extérieur. Puis, la reconnaissance faciale jusqu’à 3 m grâce à une caméra positionnée sur le montant central entre les deux portes. Des innovations qui contribueront à simplifier les activités de location, d’autopartage, de covoiturage et de contrôle du permis de conduire du conducteur », a spécifié Pierre Bruno.

… et s’adapte à son auditoire

Après ouverture de la porte, je me suis ensuite assise sur le siège du véhicule démonstrateur. L’avatar s’est directement affiché sur l’écran du tableau de bord. La caméra du rétroviseur central nous a identifiés (conducteur et passagers), ce qui a activé le démarrage du véhicule. Enfin, les sièges se sont ajustés à nos morphologies renseignées grâce à une technologie développée par Renault Group.

Lors de la simulation, une sirène d’ambulance a été diffusé dans l’habitacle. Un son que j’ai été la seule à entendre distinctement, contrairement à mes passagers qui n’ont perçu qu’un brouhaha. En effet, le concept-car H1st vision s’équipe d’un système hi-fi immersif de seize haut-parleurs, coconçu avec Jean-Michel Jarre. Cela permet ainsi la spatialisation de la réception et de l’émission du son sur chaque siège. Après quoi, mon passager a décidé de prendre un appel téléphone privé. Le concept-car H1st vision est effectivement muni du logiciel d’écoute spatialisé de Kardome permettant d’identifier et de localiser la personne qui parle dans l’habitacle. Le son est donc émis uniquement sur le haut-parleur d’appuie-tête de l’occupant concerné.

Simplifier la mobilité…

Le concept-car H1st vision se munit également d’une interface de paiement embarqué et d’une fonction d’aide intelligente au stationnement.

« Nous avons développé une interface interopérable de messagerie In-car payment. Sous forme de chatbot, vous pouvez dialoguer avec les fournisseurs de service pour localiser, réserver et payer à distance une place de stationnement ou de recharge, un vélo en libre-service aux fournisseurs de services. La voiture vous proposera plusieurs options. Par exemple, choisir la borne de recharge (la plus proche, la moins chère, V2G) grâce à l’application Plug In de Renault Group. Ou encore, une place de stationnement à proximité d’autres modes de transport. Puis, vous pouvez payer directement via le portefeuille Mobilize Wallet », a expliqué François Toutain, ingénieur chez Orange.

… de la voiture électrique

Le concept-car H1st vision s’équipe aussi de la technologie V2G (Vehicle-to-Grid) permettant la recharge bidirectionnelle du véhicule. Pour l’occasion à côté du concept-car H1st vision, Mobilize Power Solutions a présenté sa gamme de bornes de recharge Powerbox.

STMicroelectronics a développé des composants des systèmes d’alimentation critiques du véhicule (onduleur de traction, chargeur embarqué, etc.) en carbure de silicium pour ce concept-car. Contrairement au silicium actuellement utilisé dans les véhicules électriques, ces composants auraient plusieurs avantages : augmenter l’autonomie du véhicule, réduire la taille de la batterie (donc un gain de poids sur le véhicule) et allonger sa durée de vie, mais aussi réduire le temps de charge avec un baisse de 50 % des pertes d’énergie.

Veiller à la santé du conducteur…

Le concept-car H1st vision surveille aussi la santé des occupants avec son « health monitoring assistant ». Des électrodes sur le volant ont ainsi analysé les variations de mon rythme cardiaque. D’autres, placées sur ma ceinture de sécurité, ont enregistré mon rythme respiratoire. Des informations qui se sont affichées sur le tableau de bord. La caméra intérieure et le microphone situés sous le rétroviseur central ont aussi cerné mon humeur en analysant ma voix et mes expressions de son visage. Ce qui a eu pour effet de changer l’apparence de l’avatar et la couleur du bandeau dans l’habitacle.

« Les données de santé affichées en temps réel peuvent se comparer à celles « habituelles » du conducteur. Après analyse, le concept H1st vision informe l’occupant de son état de santé actuel. Son avatar lui fait des suggestions de réglages de l’habitacle (température, éclairage, etc.) ou des recommandations d’actions pour l’aider à se sentir mieux. Par exemple, dans le cas où la technologie e-mood assistant détecte que le conducteur est énervé ou agacé, un exercice de respiration sera proposé pour l’aider à se détendre. Grâce à ses algorithmes et à l’historique des données de santé, il peut potentiellement anticiper une défaillance physique du conducteur et suggérer de faire une pause. En cas d’incident, H1st Vision peut déclencher les feux de détresse et émettre un appel cellulaire ou satellite (zone blanche) afin de prévenir les services de secours », a détaillé Pierre Bruno, directeur du projet H1st Vision.

… et prédire celle du véhicule

Le concept-car H1st vision peut aussi évaluer en temps réel, à l’aide de ses capteurs, le fonctionnement et l’état d’usure des éléments du véhicule comme la batterie, les freins, les pneus, la boîte de vitesses, le châssis, les suspensions, etc. Et générer un certificat de santé et son historique (nombre de propriétaires, état de santé des éléments clés comme la batterie, nombre de révisions, certificat des garagistes intervenus sur le véhicule, etc.). Ou encore, alerter des prochains contrôles nécessaires pour un kilométrage donné et conseiller sur la conduite à adopter pour prolonger la durée de vie des pièces d’usure. Des éléments qui rassureront les futurs propriétaires et aideront les loueurs à déterminer la valeur résiduelle du véhicule.

Le même véhicule en numérique

Vous l’aurez compris, le concept-car H1st vision exploite en permanence les données recueillies en temps réel pour faciliter le confort et la sécurité des usagers. Mais aussi pour établir des systèmes prédictifs.

« Un jumeau numérique de véhicule physique évolue au sein d’une plate-forme logicielle dans une ville 4.0 (infrastructures, énergie, services publics, utilisateurs, etc.). Cela permet de modéliser, visualiser et simuler les différents cas d’utilisation qui peuvent se présenter dans le monde réel. La technologie de communication V2X du concept-car utilise les statistiques d’accidents, les caractéristiques de la route et son environnement pour déterminer les probabilités d’accidentologie, améliorer la sécurité des usagers vulnérables et optimiser la circulation des véhicules d’urgence », a illustré Henri Beringer, directeur conseil, transport et mobilité de Dassault Systèmes.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Julie Vénier pour Floauto.com