La recherche de véhicules moins polluants est devenue incontournable pour nombre d’entreprises. C’est par exemple le cas pour Les Opticiens Mobiles. Comme son nom l’indique, cette entreprise est spécialisée dans les consultations menées par des opticiens directement chez les porteurs de lunettes. « Nous prenons rendez-vous pour les professionnels de notre réseau qui se déplacent chez la personne : à son domicile, chez un aidant, un tuteur légal ou dans des établissements médico-sociaux (Ehpad, maison d’accueil spécialisée, etc.) », décrit le fondateur et président de l’entreprise, Mathieu Gerber.

Basée à Lyon, cette entreprise créée il y a huit ans travaille avec des opticiens répartis dans toute la France. Une partie d’entre eux sont salariés, tandis que les autres sont des opticiens franchisés. L’ensemble de la flotte : celle des opticiens franchisés, celle des opticiens salariés et de la direction des Opticiens Mobiles, compte environ 80 véhicules ; 73 d’entre eux sont employés par les opticiens.

Une flotte de terrain

Pour sa part, le parc de voitures de fonction se destine uniquement aux opticiens salariés de l’enseigne, avec 36 véhicules en LLD sur 36 mois (Hyundai i30 diesel ou mild hybrid essence, Toyota Corolla hybrides, Renault Mégane). Avec ces véhicules, ces opticiens peuvent se rendre chez les porteurs de lunettes avec l’ensemble de leur matériel : instruments d’examen visuel et de dépistage, mais aussi tous les équipements nécessaires (montures, verres, etc.). Comme de nombreuses entreprises, Les Opticiens Mobiles ont rencontré des difficultés pour se fournir en véhicules neufs depuis 2021, alors que la car policy de la société est en pleine mutation.

Les modèles choisis et leurs motorisations doivent en effet s’intégrer dans la démarche globale de cette entreprise. Les Opticiens Mobiles avancent un engagement environnemental qui a notamment été distingué par leur classement dans le « top 50 » de l’entreprenariat à impact en 2020, dans la catégorie « accès à la santé et maintien à domicile ». Si, jusqu’en 2021, la flotte se composait uniquement de véhicules diesel, elle intègre désormais de nombreux modèles hybrides essences, comme donc les i30 MHEV, mais aussi les Corolla qui succèdent aux Mégane.

Des véhicules à 129 g au maximum, un critère pour la flotte des Opticiens Mobiles

Depuis 2022, l’entreprise ne commande ainsi que des i30 essence ou diesel avec des émissions de CO2 à 129 g/km. « D’ici fin 2024, tous les voitures en parc seront des i30 », précise Mathieu Gerber. Mais les difficultés liées aux livraisons ont poussé Les Opticiens Mobiles à prolonger les contrats des véhicules en parc ou à recourir à la location courte durée.

Le ralentissement de la livraison de véhicules plus vertueux en termes d’émission n’empêche toutefois pas l’entreprise de continuer à chercher à améliorer son bilan carbone. « Nous travaillons sur l’optimisation des trajets et la sensibilisation à la conduite », indique Mathieu Gerber. Cette sensibilisation passe entre autres par la construction d’une charte des conducteurs avec des recommandations sur la conduite, concernant les freinages, les passages de vitesse, etc. L’entreprise optimise également la logistique des tournées des opticiens. « Quand nous allons dans un établissement, nous n’y allons qu’une fois pour plus d’efficacité et afin que l’impact environnemental de nos véhicules soit le moins élevé possible », complète le responsable.

Une gestion accompagnée

Cette supervision du parc et de son utilisation mobilise du personnel en interne. La gestion de la flotte des Opticiens Mobile repose ainsi en partie sur un responsable administratif, « pour le suivi des sinistres, les relations avec l’assureur, la gestion des coûts d’assurance », énumère Mathieu Gerber. Mais l’entreprise a aussi fait appel à des prestataires pour la seconder dans cette gestion : un fleeter, Mobilease, l’accompagne par exemple sur des sujets aussi divers que les appels d’offres pour de nouveaux véhicules, les solutions pour trouver des véhicules disponibles en cas de difficulté de ses fournisseurs habituels, ou pour des besoins courants comme un prestataire pour le flocage de la flotte.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Frédéric Blin pour Floauto.com