Ligier Pulse 3 La Poste
La Poste fait rouler plus de 10 000 scooters électriques trois-roues Ligier Pulse 3. Ici, un Pulse 3 destiné à La Poste et vu dans l’usine de Ligier à Boufféré, où il a été fabriqué. (© IEHM)

À l’occasion d’une visite organisée le 12 décembre 2023 dans son usine de Boufféré (Pays de la Loire), Ligier, constructeur français spécialiste des voitures sans permis et des utilitaires quadricycles légers et trois-roues, a présenté à la presse ses projets pour les professionnels.

Aujourd’hui, la gamme Ligier Professional, lancée en 2010 et 100 % électrique, compte deux modèles d’utilitaires. L’un, baptisé Pulse 3 (jusqu’à 0,55 m3), est un scooter trois-roues ; son autonomie, selon le choix de la batterie, oscille entre 62 km et 121 km. L’autre, le Pulse 4, se présente comme un quadricycle léger, un micro-utilitaire disponible en versions caisson, plateau ou benne. Son autonomie peut aller jusqu’à 246 km avec deux batteries de 8,6 kWh. Les versions les moins puissantes des Pulse 3 et Pulse 4 se conduisent sans permis. À noter que les véhicules de Ligier se rechargent sur des prises standards 230 V.

Un Ligier Pulse 4 à benne basculante. (© IEHM)

Ligier Professional : à partir de 12 000 et 15 000 euros HT

Ligier fabriquent tous les véhicules de la gamme Ligier Professional en France, dans l’usine de Boufféré qui emploie 350 salariés. « Nos tarifs commencent à 12 000 euros HT pour le Pulse 3 et à 15 000 euros HT pour le Pulse 4 », nous informe Romain Illegems, directeur marketing et communication du groupe. Cette gamme professionnelle vise principalement les spécialistes de la logistique urbaine (postiers, livreurs du dernier kilomètre), les collectivités et les mairies, mais aussi les industriels pour leurs déplacements dans les usines.

Un Pulse 4 fabriqué pour la Royal Mail, le service postal britannique, dans le cadre d’un appel d’offres pour lequel Ligier a passé avec succès les premières étapes de sélection et figure aujourd’hui dans la shortlist. (© IEHM)

Côté postiers, Ligier compte parmi ses clients La Poste française, ainsi que les postiers d’Espagne, de Belgique et d’Italie. Le constructeur est par ailleurs « shortlisté », suite à des appels d’offres, pour les marchés de la poste en Suède et au Royaume-Uni. En France, La Poste reste le client historique de Ligier pour la gamme Professional. L’opérateur postal fait notamment rouler près de 10 000 Pulse 3 (voir ci-dessous), et en intègre toujours plus dans sa flotte.

Pour 2028, des ventes à multiplier par deux…

Avec un chiffre d’affaires de 206 millions d’euros en 2023 (193 millions d’euros en 2022), Ligier emploie en tout près de 675 collaborateurs. Et l’entreprise revendique une production annuelle totale de près de 17 000 véhicules. En 2022, Ligier a commercialisé 16 483 véhicules dont 45 % à l’export. « C’est peut-être l’équivalent de ce que produit Renault en une journée », s’amuse François Ligier, P-DG du groupe.

Rappelons en effet que Ligier demeure un constructeur « de niche ». Il fabrique ses modèles en petites séries, et uniquement sur commande. « 20 % des ventes appartiennent à la gamme Ligier Professional », précise le P-DG. Le gros des ventes reste lui dominé par les voitures sans permis. Et le dirigeant de détailler sa feuille de route « Next 2028 ». Objectif : un chiffre d’affaires doublé en 2028, à 400 millions d’euros, avec une multiplication par deux des ventes.

… dont 50 % en gamme pro

Et surtout, sur les près de 34 000 véhicules que Ligier veut vendre en 2028, le constructeur table sur une part de 50 % pour sa gamme Professional et donc 50 % pour sa gamme sans permis. Selon Christophe Jeunet, responsable méthodes de Ligier, l’usine de Boufféré produit actuellement, en moyenne et par jour, huit Pulse 3 et deux à trois Pulse 4. « Lorsque nous avons de grosses commandes, nous fabriquons jusqu’à seize Pulse 3 et cinq Pulse 4 par jour », complète ce responsable. « Pour les commandes de flotte d’une dizaine de véhicules, nos délais de livraison atteignent environ trois mois, ajoute François Ligier. Ce délai s’élève à six à douze mois pour les commandes d’un millier de véhicules, généralement faites dans le cadre d’appels d’offres. »

Deux nouveaux produits…

Le Pulse 3 XL emporte une case de 1,4 m3. (© IEHM)

Et pour séduire toujours plus les professionnels, Ligier va lancer deux nouveaux produits dans sa gamme Professional. Il s’agira d’abord du Pulse 3 XL, avec un volume de 1,4 m3, et entre 120 et 130 km d’autonomie en version deux batteries, pour un lancement prévu au premier semestre 2024. « Ce Pulse 3 XL va intéresser les postiers typés colis, dont La Poste qui livre de plus en plus de colis et de moins en moins de courriers, avance Nicolas Moussart, chef de projet Pulse 3 chez Ligier. Mais il intéressera aussi les spécialistes du dernier kilomètre en remplacement de camions lourds chers et encombrants. » Comme pour le Pulse 3 classique, la version XL intègre le système pendulaire de Ligier qui autorise une inclinaison de 30 % du poste de conduite dans les virages.

Le second modèle se présente comme un vélo triporteur à assistance électrique. Ses versions S (0,5 m3) et M (1,4 m3) seront disponibles en septembre 2024. Une version L, avec 2 m3 de capacité d’emport, arrivera début 2025. Ce triporteur reste aujourd’hui à l’état de prototype. Il pourra aller jusqu’à 25 km/h. Et pour la batterie, Ligier continue d’étudier les possibilités, en s’intéressant à différentes chaînes de traction. « Avec l’une d’entre elles, nous avons atteint 40 km d’autonomie », remarque Nicolas Moussart.

Le VAE à trois roues de Ligier se déclinera en trois tailles : S, M et L. Ici vu en taille M. (© IEHM)

… avec toujours plus de volume

Pour François Ligier, ces trois modèles – Pulse 3, Pulse 4 et le futur vélo triporteur – « correspondent chacun à un maillon de la logistique urbaine ». Ils s’inscrivent donc comme un « complément, en particulier pour les déplacements en cœur de ville », indique le dirigeant. Et en lançant des produits à plus grande capacité d’emport, Ligier se veut de plus en plus attractif pour les spécialistes du dernier kilomètre, amenés à transporter des colis volumineux, mais aussi les postiers, dont en premier lieu La Poste, pour lesquels l’activité colis prend de plus en plus de place.

« Si nous n’avons pas encore atteint les objectifs définis en 2010 pour notre gamme Ligier Professional, c’est parce que nous avions répondu à un appel d’offres de La Poste. Pendant quelques années, nous nous sommes donc surtout concentrés sur les postiers », analyse François Ligier. Mais à horizon 2028, le constructeur espère conquérir, en plus de nouveaux postiers, un nombre croissant de spécialistes du dernier kilomètre.

D’ici 2028, Ligier va investir une dizaine de millions d’euros par an

Pour ce faire, dans le but de doubler sa production et ainsi arriver à bout de son plan Next 2028, Ligier prévoit d’investir une dizaine de millions d’euros par an, annonce François Ligier. Toujours selon le P-DG, en 2023, le constructeur a investi 14 millions d’euros, idem en 2022, contre 8 millions en 2021. Et afin de renforcer ses efforts sur la gamme utilitaires en vue de 2028, Ligier prévoit, en plus de futurs recrutements, une véritable réorganisation de ses activités. Un processus qu’il entamera dès 2024.

Ainsi, alors que son usine de Boufféré fabrique encore des voitures sans permis, dont la nouvelle née électrique Myli, elle se spécialisera exclusivement sur la gamme Professional. Cette gamme étant entièrement électrique, l’usine de Boufféré se spécialisera ainsi dans cette motorisation. « Nous formons nos collaborateurs pour les accompagner dans cette transition », commente François Ligier.

Quant au site historique d’Abrest, dans l’Allier, siège social du constructeur, la production de toutes les voitures sans permis lui reviendra ; d’ailleurs, Abrest assemblait auparavant le Pulse 4, selon Christophe Jeunet. Pour se faire accompagner dans cette sa transformation à horizon 2028, Ligier, lauréat de France Relance en 2020, a candidaté pour le programme gouvernemental France 2030, le plan d’investissement qui vise à soutenir l’industrie tricolore.

Un réseau de réparateurs, en construction

Enfin, derniers atouts maîtres pour gagner la confiance des flottes, François Ligier insiste sur la réparabilité et la sécurité. Ligier dispose de plus de 180 points de vente en France, mêlant distributeurs et réparateurs, dont 60 uniquement pour la gamme pro, selon Romain Illegems. À ces derniers s’ajoute un réseau de 500 points de service déployés dans l’Hexagone pour accompagner les usagers des véhicules professionnels de la marque. Avec aujourd’hui dix « panneaux », un réseau de réparateurs, appelé à s’étoffer, est aussi en train de voir le jour.

Quant à la sécurité routière, le passage du deux-roues au trois-roues, plus stable, constituerait un bon moyen pour la renforcer. François Ligier s’appuie sur les retours de son client La Poste : « Il y a cinq ans, lorsque La Poste a intégré nos trois-roues Pulse 3, elle a observé une baisse de 40 % de la sinistralité par rapport aux scooters deux-roues », conclut François Ligier.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Intissar El Hajj Mohamed pour Floauto.com