En nette progression, le marché de la location moyenne durée attise les convoitises. Constructeurs, loueurs longue durée et loueurs courte durée bâtissent des offres spécifiques pour profiter de cet engouement. Pratiquant cette activité depuis des années, d’autres y consacrent toutes leurs ressources.

Kéolease fait partie de ces spécialistes. À la tête de 1 300 véhicules dont 80 % de VP et 20 % de VUL, cet acteur indépendant aligne sept catégories de voitures et deux de VU. Son portefeuille de clientèle compte 250 entreprises, de la TPE aux grands comptes en passant par les PME. La LMD couvre ainsi des besoins temporaires, comme lors des périodes d’essai, dans l’attente d’un véhicule neuf ou pour les CDD et les intérimaires. Kéolease commercialise une location à durée libre d’un à douze mois sans engagement et avec une restitution possible à tout moment et sans pénalité. À noter aussi que Kéolease commercialise des kits hiver pour se mettre en conformité avec la loi montagne entrée en application le 1er novembre 2021.

Des spécialistes, des constructeurs…

La LMD joue aussi un rôle prépondérant dans la stratégie des constructeurs. Ces services génèrent par exemple 35 % de l’activité BtoB de RCI Bank and Services, la structure financière des marques du groupe Renault, dont Dacia, Nissan et Mitsubishi. Pour RCI Bank and Services, la location moyenne durée s’inscrit dans l’évolution générale de la mobilité. « Par leur souplesse et leur flexibilité, nos contrats accompagnent la transition de la propriété vers l’usage alors que notre priorité stratégique reste de passer de la vente de voitures à la vente de kilomètres », expose Jean Raia, directeur général délégué de Diac Location.

RCI Bank and Services travaille à optimiser la valeur résiduelle des véhicules pour leur donner une deuxième et une troisième vies. En fin de contrat de LMD, les véhicules deviennent alors des occasions récentes, un segment en pleine croissance, qui pourront être proposées à nouveau à la location par abonnement via Bipi, une start-up espagnole rachetée en juillet 2021.

La location moyenne durée constitue aussi un axe de développement pour les loueurs longue durée. ALD Flex, la solution de LMD commercialisée par le loueur ALD Automotive, s’appuie sur 11 000 véhicules, avec onze catégories de VP et huit catégories de VU. « Ces catégories existent pour toutes les motorisations et avec tous les équipements nécessaires à un usage professionnel », précise la filiale de la Société Générale.

… et des loueurs

ALD Flex travaille avec 2 600 entreprises déjà clientes des solutions de LLD du loueur : TPE, PME, associations, grands groupes et administrations. Pour servir ses clients sur l’ensemble du territoire, ALD s’appuie sur un réseau de seize Mobility Centers. ALD Flex veut satisfaire des besoins très hétérogènes comme l’attente de la livraison d’un véhicule neuf, l’embauche d’un collaborateur, une période d’essai, de l’intérim, un surcroît d’activité saisonnière, des opérations spéciales ponctuelles ou récurrentes, la gratification d’un collaborateur ou l’introduction de véhicules électrifiés dans la flotte.

ALD Flex se présente comme une offre complète avec tous les services inclus (assistance 24 h/24 et 7 j/7, entretien, pneus, assurance, etc.). La facturation est réajustée automatiquement au meilleur forfait kilométrique à l’issue de chaque location. Neufs ou récents, les véhicules sont disponibles immédiatement. ALD ne pratique pas de surcoût pour les jeunes conducteurs. Un forfait spécifique inclut une livraison et une restitution sur l’ensemble du territoire français. Nouveauté, lors de la location d’un VUL, le véhicule de remplacement affiche un volume de 3 m3.

Une solution de mobilité…

Autre loueur actif sur ce marché, Arval, dont la flotte consacrée à la LMD compte 80 % de VP et 20 % de VU. Cette filiale de BNP Paribas ne précise pas la taille de ce parc mais selon Margy Demazy, sa directrice commerciale, « ce qui compte dans la location moyenne durée, c’est la rotation des véhicules. » Cela étant, Arval indique que cette flotte « a récemment pris de l’ampleur car elle répond à un besoin spécifique. »

Dans le cadre de son programme baptisé « The Journey Goes On », Arval cherche à préserver la mobilité des collaborateurs de ses clients, à faire face à l’inflation des coûts des flottes et à accélérer leur électrification. Pour les aider à optimiser leur mobilité sur le plan économique, Arval met notamment l’accent sur la location moyenne durée pour des besoins divers : ouverture d’une filiale, lancement d’une offre, croissance, période d’essai pour un CDI, CDD, intérim, collaborateur expatrié, départ en retraite, activité saisonnière, opération commerciale spécifique, mission de conseil, attente de la livraison d’un véhicule en LLD. En face, les équipes d’Arval mettent à disposition un véhicule sous cinq jours et sur le lieu défini par le client. « La gestion des demandes particulières ou de gros volumes se fait par un sourcing adapté en lien avec le client », complète Margy Demazy.

… pour des besoins divers

Dans une période de croissance, la location moyenne durée offre une solution immédiate de mobilité. A contrario, dans le creux de la vague, ce mode de gestion assure une sécurité grâce à des périodes d’engagement plus courtes. Face aux locations de courte et de longue durée, plus chères pour les unes et plus contraignantes pour les autres, les contrats sur des périodes intermédiaires ont su s’imposer et se ménager un marché.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Éric Gibory pour Floauto.com