Maxime Grard, responsable achats de véhicules légers et mobilité chez Engie, revient sur la stratégie de l’énergéticien pour convaincre et accompagner les collaborateurs dans leur passage à l’électrique.

« Notre politique en matière d’électrification a débuté en 2015, avec maintenant un parc en France de 15 000 véhicules dont 600 électriques. Nous avons procédé étape par étape, sans bousculer les habitudes de nos salariés dont les tournées peuvent être longues, avec des problèmes de manque d’autonomie. Ils entendent aussi des informations qui circulent dans certains médias peu favorables à l’électrique.

Maxime Grard, responsable achats de véhicules légers et mobilité chez Engie, revient sur la stratégie de l’énergéticien pour convaincre et accompagner les collaborateurs dans leur passage à l’électrique.

« Notre politique en matière d’électrification a débuté en 2015, avec maintenant un parc en France de 15 000 véhicules dont 600 électriques. Nous avons procédé étape par étape, sans bousculer les habitudes de nos salariés dont les tournées peuvent être longues, avec des problèmes de manque d’autonomie. Ils entendent aussi des informations qui circulent dans certains médias peu favorables à l’électrique.

« Des véhicules électriques à tous les niveaux » (Maxime Grard, Engie)

Pour contourner cela, nous proposons maintenant, dans nos car policies, des véhicules électriques à tous les niveaux et nous répondons aux questions que se posent nos collaborateurs. Nous les accompagnons tant sur les bornes, les autonomies que la conduite électrique. Nous leur prêtons aussi des véhicules et les sensibilisons. J’ai le sentiment que l’humain reste le plus gros frein à l’électrification de la mobilité. Il faut donc prouver que le véhicule électrique ne constitue pas un changement insurmontable. »



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Gwenole Guiomard pour Floauto.com