« Partager sa flotte est intéressant à plusieurs titres pour un chef d’entreprise. Tout d’abord, introduire une solution d’autopartage peut diminuer en moyenne de 10 à 20 % le TCO d’une flotte. L’autopartage amène aussi à limiter l’usage des taxis et le montant des indemnités kilométriques. Selon nos calculs, le taux d’utilisation d’un véhicule d’entreprise se situe autour de 10 %. Avec une solution d’autopartage, ce taux passe à plus de 25 % et peut atteindre jusqu’à 60 % chez certains clients », argumente Hugues de Combaud, directeur commercial de glide.io. Cette société propose à ses clients d’équiper leurs véhicules pour les rendre «…

« Partager sa flotte est intéressant à plusieurs titres pour un chef d’entreprise. Tout d’abord, introduire une solution d’autopartage peut diminuer en moyenne de 10 à 20 % le TCO d’une flotte. L’autopartage amène aussi à limiter l’usage des taxis et le montant des indemnités kilométriques. Selon nos calculs, le taux d’utilisation d’un véhicule d’entreprise se situe autour de 10 %. Avec une solution d’autopartage, ce taux passe à plus de 25 % et peut atteindre jusqu’à 60 % chez certains clients », argumente Hugues de Combaud, directeur commercial de glide.io. Cette société propose à ses clients d’équiper leurs véhicules pour les rendre « autopartageables ».

glide.io aurait équipé 6 500 véhicules en autopartage en 2022, et 7 500 en 2023. « Mais les voitures de fonction ne sont pas celles que nous rendons le plus autopartageables. Mais nos nos clients s’y mettent, note Hugues de Combaud. Ces employeurs visent alors des voitures de fonction qui roulent peu, de 3 000 à 4 000 km par an. Ces véhicules restent la plupart du temps sur le parking de l’entreprise et servent majoritairement le week-end ou pour les vacances. » Et dans ce cadre, passer aux véhicules autopartagés répond aussi à des enjeux environnementaux pour l’employeur.

Enfin, l’autopartage permet aussi de louer des voitures le week-end ou pendant les vacances. « Les coûts liés à l’autopartage sont ainsi amortis, avance Hugues de Combaud. Ces derniers sont de 300 euros par voiture pour installer le boîtier, auxquels s’ajoutent environ 500 euros par an de licence. »



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Gwenole Guiomard pour Floauto.com