En matière de restitution, les outils pour optimiser l’état des véhicules en fin de contrat et maîtriser les frais facturés prennent le plus souvent la forme d’applications. Le spécialiste de l’inspection des véhicules Macadam mise ainsi sur CarCheckApp. Avec cette application, les conducteurs peuvent réaliser un état des lieux de leur véhicule, et le transmettre au gestionnaire de flotte sur MacManager. À ce gestionnaire, cette plate-forme fournit un état global du parc et inventorie les dommages constatés suivant les critères de son loueur : acceptables ou susceptibles d’être facturés, afin d’envisager ensuite les remises en état les plus indispensables.

WeProov commercialise un outil similaire avec We Proov Fleet. Sur la base des photos réalisées par les conducteurs, ce prestataire peut aussi établir un devis de réparation généré par un « logiciel de chiffrage carrosserie ». Si le devis est validé, l’application peut organiser un rendez-vous dans son réseau de 2 400 garages partenaires en France et de plus 100 ateliers mobiles.

Des applications et des outils…

Autogriff met aussi à contribution les conducteurs pour prendre les photos des véhicules et de leurs dommages. Ce spécialiste de l’expertise en ligne fait ensuite analyser ces photos par un plateau d’experts. Le chiffrage réalisé prend en compte les spécificités du contrat de l’entreprise avec son loueur et son assureur. « Afin de ne pas surpayer une remise en état de la carrosserie, nos experts travaillent sur mesure : en fonction des véhicules et de leur loi de roulage, de leur assurance et du montant de leur franchise. Nous tenons aussi compte du poids de la flotte pour les loueurs, plus indulgents avec des parcs plus importants », détaille Franck Keller président d’Autogriff. Une fois les réparations estimées, elles sont effectuées chez un professionnel répertorié dans le réseau d’Autogriff, soit environ 900 partenaires.

… pour chiffrer les coûts de la restitution

Le fleeter Fatec mise pour sa part sur son Copilot pour accompagner le conducteur dans la prise de photos avec des masques en fonction du modèle de véhicule. Puis cet état des lieux fait l’objet d’un examen par des experts pour déterminer s’il vaut mieux faire les travaux de réparation sans passer par l’assureur. Ils vérifient aussi que les bonnes procédures sont suivies par le réparateur, comme proposer un débosselage plutôt qu’une intervention en carrosserie et peinture. La réparation faite, ils contrôlent l’application des conditions tarifaires convenues. Fatec refacture la prestation à ses clients à l’euro, et se rémunère sur des honoraires de gestion.

Pour tenir les coûts, inutile en effet d’engager des travaux dont les coûts seraient supérieurs aux frais de restitution. « 82 % de nos factures sont des réparations et non des remplacements de pièces, estime Franck Keller pour Autogriff. Mais nous faisons de la réparation dans les règles de l’art. Nous avons une obligation de résultat et nous prenons en charge les coûts si les réparations ne sont pas acceptées par le loueur et refacturées au client. Aussi, nous ne pratiquons pas le “smart repair“ en raison du risque de malfaçon trop important », ajoute ce responsable.

La réparation en direct

Les responsables de parc peuvent aussi évaluer eux-mêmes les réparations et choisir directement leurs prestataires. En 2021, Jean-Marc Devaux a créé le site lesgantsblancs.fr qui regroupe un panel de spécialistes de la réparation. « Notre site est né d’un constat : il existe des métiers pas forcément connus des gestionnaires de flotte dans le domaine de la rénovation, retrace Jean-Marc Devaux : débosselages, raccords de peinture sans forcément repeindre l’élément complet de carrosserie, réparations de jantes ou de micro-rayures dues aux lavages, réparations intérieures de l’habitacle, comme celles des sièges en cuir. Des savoir-faire récents, pointus et plus économiques que les réparations traditionnelles », argumente ce responsable.

Les Gants Blancs s’appuient sur un réseau de professionnels pour apporter une autre réponse que celle d’un réseau de carrosserie classique. « Le prix moyen d’une jante est de 350 à 400 euros avec des augmentations à prévoir compte tenu des hausses du prix des matières premières. Une réparation coûte la moitié », avance Jean-Marc Devaux.

Des interventions rapides

À destination des responsables de parc, le réseau Five Star met pour sa part en avant Repair Zen. Ce service cible des interventions rapides : pour des sinistres déclarés qui demandent moins de six heures d’intervention ou des dommages à réparer sans participation de l’assurance. Et ce réseau offre un véhicule de courtoisie le temps de l’intervention. Un devis peut aussi être établi en amont avec l’application Zoom and Go ou chez le carrossier. Le spectre des interventions se veut large : depuis le débosselage jusqu’à l’élimination des odeurs, en passant par la rénovation des phares ternis.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Frédéric Blin pour Floauto.com