Peugeot e-3008

Peugeot renouvelle son SUV 3008 qui reste compact et dans le bas du segment, avec 10 cm de plus à 4,54 m de longueur, 5 cm de plus en largeur et 2 cm de plus en hauteur. Pour autant, l’habitabilité ne progresse pas, surtout à l’arrière, tout comme la capacité du coffre modulable (520/1 480 l). Car cette troisième génération inaugure la plate-forme STLA Medium, dérivée de l’ex-EMP2 électrifiable mais pas conçue pour loger des batteries de grande capacité entre ses deux essieux. Ici, les packs de 73 kWh envahissent le plancher avec leurs 520 kg ! Et en 2025, la version de 98 kWh va encore s’alourdir. Le poids total s’en ressent avec 2,1 t à vide que les liaisons au sol doivent amortir.

Disons-le d’emblée, le comportement routier de cet e-3008 est excellent, rassurant quand il le faut dans un virage abordé un peu trop rapidement, avec une direction très bien paramétrée qui informe de ce qu’il se passe sous le train avant. Sans oublier un diamètre de braquage étonnamment court de 10,6 m. On ajoutera un amortissement très bien dosé et de bonne amplitude, avec des ressorts pas trop fermes. Le tout assure un très bon confort dynamique sur les mauvaises routes à moyenne vitesse, en ville sur les pavés ou à vive allure sur autoroute.

Reste à accepter, pour cet e-3008 qui combine le moteur de 210 ch et la batterie de 73 kWh pour un tarif de 44 990 euros TTC, une certaine apathie en accélération et en reprise. De fait, cette puissance maximale n’est obtenue qu’en mode Sport qui va de pair avec un couple maximum plutôt faible de 345 Nm. Raison pour laquelle le mode Normal, activé par défaut, conserve encore près de 190 ch et 300 Nm sous le pied droit, alors que le mode Eco pointe à 167 ch et 270 Nm : trop faible pour rouler « normalement », et sans apport substantiel d’autonomie. Le poids reste l’ennemi du bien.

Confort dynamique

Cet e-3008 est donc à conduire paisiblement pour en apprécier le confort dynamique et le silence dû à l’excellente filtration des trains roulants. Et cela évitera d’épuiser trop vite les 510 km d’autonomie de la batterie, soit 400 km entre deux charges à 20-80 % (30 minutes en 160 kW). Lors des essais avec une température de 15 °C sur un parcours mixte hors autoroute, nous avons consommé très exactement la valeur d’homologation haute à 17,4 kWh/100 km : c’est très bien. Et, sans surprise, l’autonomie sur autoroute fond comme neige au soleil avec un peu plus de 330 km et 24 kWh/100 km (batterie pleine au départ, 10 % à l’arrivée). Ni mieux ni pire que la concurrence.

Peugeot e-3008 210 ch/73 kWh

Moteur Synchrone à aimants permanents
Puissance (Sport/Normal/Eco, en ch) 210/187/167
Couple (Sport/Normal/Eco, en Nm) 345/300/270
Transmission Traction
Batterie (kWh nets) 73
Conso. mixte (kWh/100 km) 16,7-17,4
Autonomie (km) 510-527
Chargeur (kW, AC/DC) 711/160
Vitesse maxi (km/h) 170
0 à 100 km/h (s) 8,8
80 à 120 km/h (s) 5,6
1 000 m D.A. (s) 29,8
Poids à vide (kg) 2 108
Charge utile (kg) 532
Coffre (l, mini/maxi) 520/1 480
L x l x h (mm) 4 542 x 1 934 x 1 641
À partir de (€ TTC) 44 990



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Jean-Christophe Lefèvre pour Floauto.com