Renault Group plan industrie Re-industry
© Olivier Martin-Gambier

Renault Group vient de lancer le plan de transformation « Re-Industry ». Qui vise à réduire « ses coûts industriels de 30 % pour les véhicules thermiques, et de 50 % pour les véhicules électriques, d’ici 2027. » Et ce plan contribuera aussi à réduire le temps de développement des véhicules de trois à deux ans, selon Renault. Ainsi, le groupe aurait déjà divisé par deux les investissements industriels depuis quatre ans. Et il sera à même de lancer douze nouveaux modèles en 2024.

De nouvelles applications utilisant l’intelligence artificielle…

Le constructeur compte notamment s’appuyer sur son Metaverse Industriel pour « réinventer » sa production automobile et atteindre ses objectifs. En effet, avec 12 000 équipements connectés dans le monde, contre 8 500 en 2022, son Metaverse permettrait de « produire plus vite et mieux, tout en réduisant les coûts et l’empreinte carbone des procédés industriels, avec 2 millions de datas remontées chaque minute, soit 3 milliards par jour. » En 2023, le Metaverse aurait permis au groupe d’économiser 270 millions d’euros, notamment pour la maintenance prédictive des installations.

En outre, le plan Re-Industry de Renault prévoit de passer à 3 000 applications opérationnelles dès 2025. Sachant que le système industriel du constructeur compte plus de 300 applications d’intelligence artificielle portant sur l’analyse d’images ou de sons actuellement, selon ses chiffres. Des projets qui « viendront accompagner l’industrialisation de nouvelles technologies ». Parmi celles-ci : le Software Defined Vehicle (SDV), l’électronique de puissance, et l’assemblage des batteries et des moteurs électriques. 

… pour réduire les coûts, notamment énergétiques

Quelques redites dans le plan « Re-Industry » de Renault par rapport à ses annonces de 2022. Avec la connexion de l’ensemble des postes de travail et de tout son écosystème industriel (transports, fournisseurs, etc.), Renault Group souhaite réduire le délai de livraison des véhicules de 60 %. Mais aussi diviser par deux l’empreinte carbone de la fabrication de ses véhicules d’ici 2030 par rapport à 2019. Pour ce faire, le groupe s’appuiera notamment sur des sources d’énergies renouvelables.

Renault Group vise aussi une baisse de 40 % de la consommation énergétique de ses sites industriels d’ici 2025. L’utilisation de l’intelligence artificielle et d’outils tels que son portail Ecogy auraient déjà permis de réduire de 20 % les consommations énergétiques des sites industriels.

Rappelons que le groupe espère atteindre le « Net Zero Carbon » dès 2025 pour le pôle ElectriCity et le site de Cléon (76) ,ainsi que pour les sites en Europe dès 2030, avant l’ensemble de ses implantations industrielles mondiales en 2050.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Julie Vénier pour Floauto.com