Transmo transports
Gérant de Transmo, Mohamed Kebabi est enclin à acheter des VO. (© Renault Trucks)

Pour Mohamed Kebabi, gérant de Transmo, un camion est fait pour rouler autant que possible. Ce point de vue se traduit non seulement par l’achat de véhicules d’occasion (VO) récents disposant encore d’un fort potentiel kilométrique, mais aussi par une exploitation en double poste lorsqu’elle est possible. Autant de façons d’optimiser la gestion de flotte. Installé en Isère, Transmo exploite une quarantaine d’ensembles routiers. L’entreprise répartit son activité à la fois entre le fret industriel et l’agroalimentaire (grande distribution et MIN de Grenoble), et entre les transports nationaux et régionaux.

Dans le cas du transport national de Transmo, l’exploitation en double poste est difficilement applicable hors lignes régulières en raison de la coordination des relais. En revanche, le transport régional s’y prête plus volontiers. Ainsi, les ensembles routiers affectés aux services régionaux par Transmo voient se succéder un chauffeur le jour, puis un autre la nuit. Ils parcourent alors 150 000 km/an tandis qu’un véhicule exploité par Transmo en national se limite à 120 000 km/an.

Chez Transmo, les VO sont désirables

Le parc de Transmo se constitue presque exclusivement de camions Renault Trucks. Ce constructeur a rendu le VO désirable grâce à sa revalorisation sous forme de séries spéciales exclusives, sans équivalent en véhicule neuf (VN). Le transporteur Transmo a saisi cette opportunité pour attirer et conserver les chauffeurs. Il s’est fait remarquer en achetant une dizaine de Renault T Racing issus de VO revalorisés. Selon Mohamed Kebabi, ils ont été de puissants outils de motivation pour les chauffeurs passionnés. Transmo finance les VO sur 36 mois et préfère confier plus de 80 % des opérations d’entretien à son atelier intégré plutôt que de recourir aux contrats d’entretien.

Transmo accède à la vignette Crit’Air 1 grâce au B100 irréversible. (© Renault Trucks)

Energie, entretien et longévité

De plus, le transporteur exploite la télématique Optifleet de Renault Trucks. Le transporteur développe la formation à l’écoconduite et récompense les trois chauffeurs les plus économes. Afin d’accéder à la vignette Crit’Air 1, Transmo a complété sa flotte avec des Renault T équipés pour le « B100 irréversible », leur carburant Oleo 100 étant fourni par Saipol. Mohamed Kebabi considère que l’avenir de l’entreprise passe par un développement de l’activité stockage. Les investissements fonciers suscités par cette activité réduisent ceux possibles dans le parc moteur. Transmo accepte donc une augmentation de l’âge moyen de ce parc, augmentation qui mettra en évidence un potentiel kilométrique souvent négligé par les transporteurs prompts à renouveler les véhicules en faisant valoir d’autres arguments.

Transmo assure l’entretien de ses véhicules grâce à son atelier intégré. (© Transmo)



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Loïc Fieux pour Floauto.com