CTG parking

À la faveur du développement du télétravail, la société d’informatique luxembourgeoise CTG a reconsidéré l’organisation de la fréquentation de ses parkings. Jusque-là, alors que certains salariés avaient accès à des places réservées, les autres étaient dédommagés de leurs frais lorsqu’ils se garaient en extérieur. Un mode de fonctionnement qui avait pour défaut de laisser des places inoccupées dans le parking lorsque les titulaires étaient absents. Et ce, alors même que les frais de parking en extérieur progressaient, au fur et à mesure de l’augmentation du nombre de salariés de l’entreprise, dont beaucoup de transfrontaliers.

« De plus, pour les salariés automobilistes, c’est inconfortable de se reporter sur des parkings extérieurs, relève également Frédéric Veynachter, DRH Luxembourg de CTG. Après les embouteillages du matin, c’est une perte de temps que l’on aimerait éviter. » Et les deux jours de télétravail généralisés pour les salariés ont contribué à accroître la vacance des parkings en même temps que l’imprévisibilité de leur fréquentation.

L’accès au parking, un argument RH pour CTG

En 2022, CTG a fait appel à l’application Sharvy pour mieux organiser la fréquentation des parkings sur les deux sites concernés qui comptent respectivement 62 et 18 places, pour 170 automobilistes. « Sharvy a totalement remplacé l’ancien système fondé sur l’attribution fixe de places nominatives », indique Mickael Chessa, facility manager de l’entreprise. Ainsi, toujours selon ce responsable, grâce à l’application, « il y a suffisamment de places pour tout le monde sur notre site principal. »

Et d’ajouter : « Le parking est plein matin et après-midi et ne présente plus de places vides sur notre site secondaire. Nous parvenons presque toujours à satisfaire les demandes de réservation. » De son côté, Frederic Veynachter constate que même s’il ne peut permettre à tous les salariés d’accéder à une place de parking au quotidien, CTG bénéficie désormais d’un « système équitable, et ça, c’est vraiment un argument clé pour la direction des ressources humaines », estime ce DRH.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

Frédéric Blin pour Floauto.com