Dans le cadre de son audition au Liban, le 26 mai 2021, Carlos Ghosn a été interrogé sur son éventuel rôle et son niveau de connaissance au sujet des émissions des moteurs pointées par une enquête de la DGCCRF.

Le 26 mai 2021, Carlos Ghosn était entendu par la justice française. En effet, des juges d’instruction avaient fait le voyage au Liban pour entendre l’ancien homme fort de Renault, sous le statut de témoin, dans le cadre des procédures lancées en France. Son audition a fuité dans la presse et Le Monde en a publié une partie début juillet 2021. L’AFP a également eu accès aux documents regroupant 6 heures d’audition.

Parmi les sujets abordés : le dieselgate. Carlos Ghosn s’est principalement défaussé sur ses collaborateurs, assurant avoir délégué la gestion des problèmes moteurs en raison de son incompétence en la matière et de ses autres responsabilités. “J’ose espérer qu’on ne va pas rentrer dans des choses extrêmement spécifiques, d’autant que sur la période 2016-2018, moi j’étais patron de Renault et de Nissan“, a annoncé d’emblée Carlos Ghosn. “A partir de 2016, je m’occupais également de Mitsubishi, donc de trois entreprises sur deux continents, donc vous pouvez imaginer que le détail des moteurs, je ne les connaissais pas“, se justifie l’ancien patron du groupe.



Pour lire l’article complet, rendez vous sur le site de l’auteur : Source de l’article

christophe.jaussaud@journalauto.com pour JournalAUTO